>
>
Havre de paix au pied de la Sainte-Victoire

Havre de paix au pied de la Sainte-Victoire

Gîte La Feuillère à St Antonin sur Bayon

Elle se dresse devant nous, massive et fière. Une force minérale dans laquelle puiser une énergie nouvelle. L’âme de La Feuillère est sans conteste liée à la Sainte-Victoire. Bien installée dans une chaise longue, je ne me lasse pas de contempler ce paysage changeant, comprenant pourquoi il a tant inspiré Cézanne. Nul bruit de civilisation, nulle tension… seulement le chant des oiseaux et le soleil qui scintille.

C’est dans ce havre de paix, près d’Aix-en-Provence, qu’a grandi Dominique Prieu. La propriétaire de ce site incomparable raconte avec ferveur ses souvenirs d’enfance, la petite école de Saint-Antonin-sur-Bayon - 126 habitants seulement ! - la nature, la sensation de liberté. « Mes parents ont acheté dans les années 50 un ancien moulin templier du XIIIe siècle qu’ils ont totalement restauré. J’ai effectué ma carrière de journaliste politique à Paris mais j’avais toujours beaucoup de plaisir à revenir me ressourcer ici. J’ai voulu permettre à d’autres adeptes de la douceur de vivre de découvrir ce coin de paradis : c’est ce qui m’a conduite à ouvrir un gîte labellisé deux épis par Gîtes de France Bouches-du-Rhône et trois chambres d’hôtes en 2013. Ainsi est né le Moulin en Provence ».

Une initiative dont je la remercie ! Car ici, au milieu des champs d’oliviers, des grands chênes centenaires et de la garrigue, je me sens chez moi… même si mon arrivée ne date que de quelques heures ! Talentueuse dans de nombreux domaines, Dominique a aussi la main verte. Iris violettes, jaunes ou roses, lavandes, lys, gazanias et lantanas apportent leurs touches colorées. Un potager permet d’approvisionner la table d’hôtes en légumes frais. Dominique cultive même l’or rouge de Provence… le safran.

Vous êtes déjà séduits ? Suivez-moi jusqu’à mon endroit préféré : la piscine ! Mais attention, pas une de ses piscines à l’aspect plastique, celle-ci est construite dans le lit d’un petit torrent, au pied d’une colline plantée de chênes et de pins. De quoi oublier inexorablement petits soucis ou gros tracas. On pourrait y demeurer des heures. Pourtant, il serait dommage de ne pas partir à la découverte des environs.

La Sainte-Victoire vous ouvre ses sentiers, que vous soyez randonneur aguerri ou aspiriez à une balade paisible. Vous pouvez même vous promener avec des ânes ou à dos de cheval. A moins que vous ne préfériez travailler votre lob ou votre putt au golf voisin de la Sainte-Victoire. Il est également aisé de partir à la découverte d’Aix-en-Provence ou de Marseille, de s’offrir un circuit œnologique ou d’aller piquer une tête dans la Méditerranée.

Sans oublier la Maison de Cézanne où la présence du peintre se fait toujours sentir. A tel point que, de retour au Moulin de Provence, je n’ai plus qu’une envie : ressortir ma palette et mes pinceaux, enfouis depuis trop longtemps ! Il faut dire que, sur place, l’inspiration ne manque pas.

Entre farniente et découvertes, j’ai le sentiment d’avoir vécu dix journées en une… La faim commence à se faire sentir. Ça tombe bien ! Ce soir, je découvre un autre talent de Dominique : la cuisine ! Au menu, des aubergines à la parmesane – du potager bien sûr – une épaule d’agneau confite aux petits légumes et un clafoutis de fruits rouges dont je demande instantanément la recette. Mais aussi un flamboyant coucher de soleil sur la Sainte-Victoire qui fait s’embraser le cœur. Les conversations se nouent, on prend le temps de savourer. De vivre tout simplement !